Bienvenue sur Cinexploria !

Cinexploria est une sélection d'extraits de films, qui vous permet de découvrir l'histoire et la géographie du cinéma. C'est votre première visite ? Alors quelques précisions :

- Pour voir les extraits en plein écran, cliquez sur l'icône en bas à droite des fenêtres vidéo (pour les smartphones et tablettes, faites apparaître cette barre de contrôles en touchant le bas des vidéos).

- Vous avez aimé un film ? Cliquez sur son titre ! Vous accèderez à sa page, où vous trouverez une présentation du cinéaste, des catégories pour découvrir d'autres films semblables, et la possibilité de laisser des commentaires.

- Attention, utilisateurs de smartphone : ce site est peu adapté aux connexions 3G ! Pour garantir une bonne qualité d'image, les vidéos sont compressées à haut débit. Sur un téléphone, elles peuvent donc être longues à charger...

- Ce site fonctionne mal sur Internet explorer : préférez l'utilisation d'un autre navigateur.

Si vous avez une question quelconque (éditoriale, technique, légale), passez d'abord voir si elle n'est pas déjà présente dans la Foire aux questions.

Bonne visite !

X Fermer

POSTER viecontinue4

Et la vie continue • Abbas Kiarostami / 1992 Abbas Kiarostami / 1992

En 1990, un tremblement de terre dévaste le nord de l’Iran. Un cinéaste se rend sur place, accompagné de son fils, pour essayer de retrouver les deux jeunes acteurs du film qu’il y avait tourné.
Abbas Kiarostami (1940-2016) fut le visage du cinéma iranien pour le reste du monde dès les années 80 (il recevra, notamment, une plame d’or en 1997). Si son œuvre apparut d’abord comme un héritage particulièrement pur du néoréalisme, elle laissa vite entrevoir une autre dimension : celle de la mise en question du réel (mélange de fiction et de faits avérés, mises en abyme, flou entre réel et réconstitution, entre vérité et mensonge, jeux de références et de renvois entre les différents films). Peuplée de personnages d’enfants, mais aussi de voitures (habitacle intime de nombre de ses films), sa filmographie fait affleurer une discrète spiritualité de la captation du réel.
Iran / 1h35 / Imdb / DVD
Titre original : Zendegi va digar hich
POSTER Vidassecas3

Sécheresse • Nelson Pereira Dos Santos / 1963 Nelson Pereira Dos Santos / 1963

1940. Une famille de paysans pauvres du Nordeste fuit la sécheresse et la famine…
Nelson Pereira dos Santos (1928-2018) fut, avec Glauber Rocha, la figure de proue du Cinéma Novo. Après un voyage formateur en France, il rentre au Brésil pour façonner une œuvre découlant des principes du néoréalisme italien, dont il va pousser l’esthétique dans ses retranchements cruels et documentaires. Son cinéma réaliste, penché sur les favelas ou le Sertão, devra après le coup d’Etat militaire (1964) s’exprimer sur un registre plus allégorique. Le reste de sa carrière s’intéressera aux rapports entre politique et religieux, et se terminera par une série de documentaires.
Brésil / 1h43 / Imdb / DVD
Titre original : Vidas Secas
POSTER voleur5

Le Voleur de bicyclette • Vittorio De Sica / 1948 Vittorio De Sica / 1948

Chômeur depuis deux ans, Antonio trouve un emploi de colleur d’affiches, mais il se fait voler sa bicyclette, outil indispensable dans le cadre de son nouveau métier. Accompagné de son fils, il part retrouver sa bicyclette à travers Rome…
Vittorio De Sica (1901-1974) fut d’abord comédien, métier qu’il continuera toute sa vie en parallèle de sa carrière de cinéaste – et qui l’aidera beaucoup pour diriger les acteurs amateurs de certains de ses films. Après quelques premiers essais derrière la caméra, son cinéma fait une rencontre fondamentale en la personne de Cesare Zavattini, théoricien et scénariste principal du néoréalisme italien alors naissant. De Sica tournera quatre de ses scénarios (dont Le Voleur de bicyclette, qui eut un retentissement international). Le reste de sa carrière (plus de trente films), qui se consacre à un cinéma plus commercial, et qui abandonne sa fibre tragique pour la comédie, ne fut pas toujours aussi convaincant.
Italie / 1h29 / Imdb / DVD
Titre original : Ladri di biciclette
POSTER Finis3

Finis Terrae • Jean Epstein / 1929 Jean Epstein / 1929

Quatre goémoniers sont partis seuls sur Bannec, un îlot au large d’Ouessant, pour effectuer la recolte annuelle. L’un d’eux se blesse à la main après une bagarre avec son ami ; fâché, il s’isole. Très vite, la plaie s’infecte…
Jean Epstein (1897-1953) est l’une des grandes figures du cinéma impressionniste français (la “première avant-garde” des années 20). Comme ses collègues, il est féru d’expérimentations formelles, notamment liées aux effets visuels et au montage, visant à peindre le mouvement et la mécanique du monde. Appliquant d’abord ses principes à la fiction (beaucoup d’adaptations littéraires), il penchera ensuite vers le documentaire et la Bretagne, qui offrent une résistance à ses expérimentations. Il aura, enfin, une carrière plus commerciale à l’arrivée du parlant. Sa filmographie s’accompagne d’une œuvre théorique importante, composée de nombreux essais.
France / 1h20 / Imdb / DVD
POSTER shara4b

Shara • Naomi Kawase / 2003 Naomi Kawase / 2003

Kei et Shu sont deux jumeaux. Alors qu’ils jouent, enfants, dans les rues de Nara, Kei disparaît subitement sans laisser de traces – on ne le reverra jamais. Cinq ans plus tard, Shu essaie de grandir, alors que sa mère attend un nouveau bébé, et que son amie d’enfance, Yu, doit affronter un secret de famille. En ville, un festival se prépare…
La filmographie de Naomi Kawase (1969-) se partage entre fictions et documentaires autobiographiques. Son cinéma sensoriel, refusant les scénarios trop dessinés, s’attache à la fois aux gestes du quotidien et aux traditions ancestrales du Japon, au travers d’histoires de famille, d’absence, et de disparitions.
Japon / 1h40 / Imdb / DVD
Titre original : Sharasojyu
POSTER post tenebras lux

Post Tenebras Lux • Carlos Reygadas / 2012 Carlos Reygadas / 2012

Parti vivre à la campagne avec sa famille, Juan ne manque de rien. Mais il demeure torturé et insatisfait… (ouverture du film)
Carlos Reygadas (1971-) a créé une œuvre entourée d’un parfum de scandale (les corps et la sexualité y sont souvent figurés frontalement), mais son cinéma se présente surtout comme l’héritage le plus lisible du cinéma de Tarkovski, dont les grands principes sont perpétués (religiosité et transcendance cherchées dans la matière la plus triviale, narration éclatée, contemplation). Ses films dressent le portrait d’un Mexique à la violence larvée, latente, indissociable de la beauté d’un monde approché avec fascination.
Mexique / 1h55 / Imdb / DVD