Bienvenue sur Cinexploria !

Cinexploria est une bibliothèque d'extraits de films, qui vous permet de découvrir l'histoire et la géographie du cinéma. C'est votre première visite ? Alors quelques précisions :

- Pour voir les extraits en plein écran, cliquez sur l'icône fullscreen-icon en bas à droite des fenêtres vidéo (pour les smartphones et tablettes, faites apparaître cette barre de contrôles en touchant le bas des vidéos).

- Vous avez aimé un film ? Cliquez sur son titre ! Vous accèderez à sa page, où vous trouverez une présentation du cinéaste, des catégories pour découvrir d'autres films semblables, et la possibilité de laisser des commentaires.

- Attention, utilisateurs de smartphone : ce site est peu adapté aux connexions 3G ! Pour garantir une bonne qualité d'image, les vidéos sont compressées à haut débit. Sur un téléphone, elles peuvent donc être longues à charger...

- Ce site fonctionne mal sur Internet explorer : préférez l'utilisation d'un autre navigateur, où faites la mise à jour vers Microsoft Edge.

Si vous avez une question quelconque (éditoriale, technique, légale), passez d'abord voir si elle n'est pas déjà présente dans la Foire aux questions.

Bonne visite !

X Fermer

POSTER-beauxlendemains-2

De beaux lendemains • Atom Egoyan • 1997 Atom Egoyan / 1997

Mitchell Stephens, avocat, débarque dans une bourgade secouée par un terrible accident de bus, qui a emporté la majorité des enfants du village…
Atom Egoyan (1960-) fut d’abord de ces réalisateurs (Soderbergh, Haneke…) qui dans les années 80 et 90 exploraient les façons dont l’image vidéo des caméscopes pouvait interagir avec la fiction. Il partageait aussi avec David Lynch, dont son cinéma a souvent été rapproché, de décliner son œuvre en diverses pratiques artistiques (photographie, installations de musée). C’est cependant lorsque son cinéma se fera plus accessible, concédant davantage à la fiction traditionnelle (The Adjuster, Exotica, De beaux lendemains) qu’il connaîtra une célébration internationale. Il propose alors une série de films vénéneux et oniriques, tendus de thématiques psychanalytiques (l’inceste, notamment), où les solitudes s’entrechoquent au milieu de récits labyrinthiques dont il faut progressivement renouer les fils. Sa filmographie s’égarera à partir des années 2000, perdant peu à peu la reconnaissance critique qui faisait de lui l’un des cinéastes les plus estimés des années 90.
Canada / 1h52 / Imdb / DVD
Titre original : The Sweet Hereafter
POSTER-maisonestnoire-3

La Maison est noire • Forough Farrokhzad • 1963 Forough Farrokhzad / 1963

La vie dans une leproserie de Tabriz. (attention, certaines images peuvent heurter)
Forugh Farrokhzad (1934-1967) fut une poétesse iranienne majeure. Elle ne réalisa qu’un film, le documentaire La Maison est noire, œuvre annonçant le futur cinéma motafavet. Son parcours artistique est également lié à celui de l’écrivain et cinéaste Ebrahim Golestan, autre figure fondatrice du cinéma moderne iranien. Elle meurt précocement d’un accident de voiture à 32 ans.
Iran / 0h22 / Imdb / DVD
Titre original : Kẖạneh sy̰ạh ạst
POSTER-atland1

At Land • Maya Deren • 1944 Maya Deren / 1944

Le film est sans son. (ouverture du film)  [article]
Maya Deren (1917-1961) est la mère du cinéma d’avant-garde américain. Elle travailla notamment à arracher le cinéma expérimental aux autres arts et à leurs courants spécifiques (surréalisme, dadaïsme…) qui y faisaient la loi durant le muet. Son œuvre est composée de courts-métrages à la symbolique cryptique, qui évoquent souvent une logique narrative de rêve, en mêlant les motifs de la psychanalyse et les formes de la danse. Son influence sur l’avant-garde fut à la fois artistique et très concrète, puisqu’elle s’efforça toute sa vie de fédérer les cinéastes expérimentaux américains, favorisant l’apparition du courant underground (Jonas Mekas, Stan Brakhage, Kenneth Anger…).
USA / 0h15 / Imdb / DVD
POSTER-senses3

Senses • Ryūsuke Hamaguchi • 2015 Ryūsuke Hamaguchi / 2015

À Kobe, au Japon, quatre femmes partagent une amitié sans faille. Du moins le croient-elles…
Ryūsuke Hamaguchi (1978-) fut l’une des grandes révélations des années 2010. Son goût pour la psychologie se traduit par des situations crues et frontales qui forcent peu à peu les personnages à se mettre à nu, au fil de longues conversations. Si son cinéma du dialogue trahit une série d’influences issues de la fiction (Cassavettes, Rohmer, Hawks, Bergman, Grémillon…), c’est surtout son expérience documentaire qui est venue nourrir Senses, le film-fresque qui le rendit célèbre, où la force des témoignages se conjugue au jeu sans fioritures des comédiennes amatrices, et à l’intense concentration d’une mise en scène épurée.
Japon / 5h17 / Imdb / DVD
Sorti en france en plusieurs épisodes sous le titre Senses
Le film sous sa forme entière se nomme
Happy Hour
POSTER-Astruc

Le Rideau cramoisi • Alexandre Astruc • 1953 Alexandre Astruc / 1953

Un jeune officier hussard est nouvellement promu dans une petite garnison de province, où il s’ennuie à mourir. En pension chez un vieux couple, il fait bientôt la connaissance de leur fille Albertine…
Alexandre Astruc (1923-2016), esprit curieux s’étant nourri auprès des milieux intellectuels parisiens (littéraires, philosophiques), est surtout connu pour son apport théorique : avec son article sur la “caméra-stylo” (1948), qui célèbre la mise-en-scène comme une nouvelle forme de langage, il écrit un texte fondateur pour la cinéphilie française, ouvrant la voie à la future Nouvelle vague. Sa filmographie, dominée par son très remarqué premier moyen-métrage (Le Rideau Cramoisi), se déclinera ensuite en une dizaine de films littéraires et psychologiques – dont une série d’adaptations de romans qu’il poursuivra, passées les années 60, à la télévision.
France / 0h44 / Imdb / VOD
Diffusé en salle dans le double-programme Les Crimes de l’amour
POSTER-arcenciel

L’Arc-en-ciel • Mark Donskoï • 1944 Mark Donskoï / 1944

1944 : les nazis occupent un village d’Ukraine. Olena, partisane, est revenue au village pour mettre au monde son enfant. Capturée, maltraitée, puis enfermée dans une grange par l’occupant, elle s’apprête à accoucher. Tout le village attend…
Mark Donskoï (1901-1981) est presque le seul cinéaste à avoir émergé du désert artistique des années de “réalisme socialiste”, qui posèrent une chape de plomb académique sur le cinéma soviétique. Élève d’Eisenstein, Donskoï en conserve le lyrisme, et si son cinéma s’inscrit pleinement dans le manichéisme de la production de propagande, il est également le lieu d’une réelle poésie, qui s’exprime notamment dans sa trilogie sur Gorki. Il rentre en disgrâce en 1949, après qu’un de ses films a été interdit par Staline, se retrouvant déplacé à Kiev jusqu’en 1957 – date à laquelle il réalise Le Cheval qui pleure, considéré comme son œuvre majeure. Il reste encore aujourd’hui un cinéaste controversé à propos duquel la cinéphilie se déchire.
URSS / 1h33 / Imdb
Titre original : Veselka