Bienvenue sur Cinexploria !

Cinexploria est une bibliothèque d'extraits de films, qui vous permet de découvrir l'histoire et la géographie du cinéma. C'est votre première visite ? Alors quelques précisions :

- Pour voir les extraits en plein écran, cliquez sur l'icône fullscreen-icon en bas à droite des fenêtres vidéo (pour les smartphones et tablettes, faites apparaître cette barre de contrôles en touchant le bas des vidéos).

- Vous avez aimé un film ? Cliquez sur son titre ! Vous accèderez à sa page, où vous trouverez une présentation du cinéaste, des catégories pour découvrir d'autres films semblables, et la possibilité de laisser des commentaires.

- Attention, utilisateurs de smartphone : ce site est peu adapté aux connexions 3G ! Pour garantir une bonne qualité d'image, les vidéos sont compressées à haut débit. Sur un téléphone, elles peuvent donc être longues à charger...

- Ce site fonctionne mal sur Internet explorer : préférez l'utilisation d'un autre navigateur, où faites la mise à jour vers Microsoft Edge.

Si vous avez une question quelconque (éditoriale, technique, légale), passez d'abord voir si elle n'est pas déjà présente dans la Foire aux questions.

Bonne visite !

X Fermer

POSTER-lanterne-2

Lanternes magiques • Anonyme • XVIIe – XXe siècle XVIIe - XXe siècle

Compilation de plaques animées de lanternes magiques.
Inventée en 1659 par l’astronome Christiaan Huygens, puis divulguée au monde par le jésuite allemand Athanase Kircher, la lanterne magique est un appareil permettant de projeter au mur des images peintes sur plaques de verre, par l’intermédiaire d’une chandelle ou d’une lampe, et d’un jeu de lentilles. L’image peut être fixe, ou animée par l’association de plusieurs plaques. Déferlant sur l’Europe dès 1671, que ce soit dans les cours royales ou dans les villages où les colporteurs les présentent, les lanternes magiques toucheront à tous les genres, des fantasmagories et diableries (comme l’indique son nom originel, la “lanterne de la peur”) aux projections pédagogiques, en passant par sa production en série de jouet investissant les foyers (mi-XIXe siècle) où elle restera un divertissement de choix jusqu’à la première guerre mondiale. La lanterne magique, de par les nombreux traits qu’elle partage avec le septième art (projection, mouvement, imageries évoquant celles des films primitifs) est l’un des jalons fondamentaux du pré-cinéma.
Europe / DVD
Plaques issues de la collection de P. G. et C. Alabanese
Musique : “Aquarium / Le Carnaval des animaux” (Camile Saint-Saëns, 1886)
POSTER-creature

Creature Comforts • Nick Park • 1989 Nick Park / 1989

Des animaux sont interrogés sur leur conditions de captivité… (ouverture du film)
Nick Park (1958-) est le cinéaste phare des studios Aardman. Il y rentre en 1985 : son court-métrage Creature Comforts connaît un immense succès, bientôt suivi par la série des courts et long-métrages Wallace et Gromit, qui propulsent le studio comme l’une des références mondiales en matière d’animation. L’univers comique de Nick Park joue du pastiche, ainsi que des codes et bonnes manières de l’anglais moyen, qui perdurent même confrontés à l’absurde ou au déraisonnable. Mais son cinéma, en avançant, a perdu un peu de son mordant et de sa noirceur, peinant à se réinventer au-delà du duo Wallace et Gromit.
Aardman est un studio d’animation britannique spécialisé dans le stop-motion, créé en 1972 par David Sproxton et Peter Lord. Ils travaillent d’abord pour la BBC, Channel 4, et quelques clips. L’oscar reçu pour Creature Comforts lance une période faste, qui mènera à un partenariat avec Dreamworks, de 1999 à 2007 (période durant laquelle ils réaliseront Chicken Run, leur plus grand succès en long-métrage à ce jour). Le studio, fragilisé par plusieurs semi-échecs, finira par intégrer l’animation 3D à son travail, que ce soit partiellement (Les Pirates), ou totalement (Flushed Away).
Royaume-Uni / 0h05 / Imdb / DVD
Titre français : L’Avis des animaux
POSTER oeufdelange-4b

L’Œuf de l’ange • Mamoru Oshii • 1985 Mamoru Oshii / 1985

À l’aube d’un second déluge, une petite fille trouve un œuf, qu’elle garde tout contre elle. Un jeune homme croise son chemin, et décide de l’accompagner dans ses errances…
Mamoru Oshii (1951-) fut une figure centrale de l’âge d’or du cinéma d’animation japonais. Son style singulier marie des influences a priori contradictoires : celle du cinéma moderne européen le plus austère (Antonioni, Melville, Bergman, Tarkovski…), mais aussi l’héritage direct de l’animation japonaise d’alors. En découle une série de films à la lenteur hypnotique, pétris d’un symbolisme cryptique et remplis de dialogues philosophiques, que viennent électrocuter par intermittences de violentes scènes d’action. Oshii est également réalisateur de films en prises de vue réelles, mais ce sont ses œuvres animées (et notamment Ghost In The Shell, 1995) qui auront une influence majeure sur le cinéma d’action mondial, et notamment Hollywoodien (James Cameron, les Wachowski).
Japon / 1h21 / Imdb / DVD
Titre original : Tenshi no tamago
POSTER Usalullaby4

Usalullaby • Asami Ike • 2013 Asami Ike / 2013

Un corps géant flotte dans le noir… (ouverture du film)  [article]
Asami Ike (1987-) est l’un des nombreux visages de l’animation indépendante japonaise du nouveau siècle – une nuée de jeunes cinéastes évoluant entre expérimental, art de musée, clip, et pastilles web, et dont le travail (souvent limité à quelques courts-métrages) se diffuse presque exclusivement dans les circuits parallèles (festivals, universités, internet). Formée à la Gedai (le département universitaire qui fut le principal foyer de cette mouvance), Asami Ike ébauche un cinéma ouaté et rêveur, régressant vers les sensations de l’enfance, autour de quelques figures animales récurrentes (cétacés, lapins, chiens).
Japon / 0h06 / Imdb / Film entier / DVD
POSTER betty4

Betty Boop : Snow White • Dave Fleischer • 1933 Dave Fleischer / 1933

Jalouse de sa belle-fille, la Reine ordonne à ses gardes Bimbo et Koko de la décapiter…
Dave Fleisher (1894-1979) et son frère Max (1886-1972) créèrent, avec les Fleischer Studios, le seul concurent sérieux aux studios Disney dans les années 20 et 30 (notamment sur le plan technique : ils furent par exemple précurseurs sur l’animation sonore). La principale spécificité de l’animation des Fleisher est la rotoscopie : une animation non pas créée de toutes pièces, mais décalquée de la performance filmée d’un modèle, dont on retranscrit directement les mouvements. Il en résulte une fluidité étrange et irréelle, dont leurs films sauront jouer. Mais les Fleisher marquèrent surtout la mémoire collective par leur ton singulier (surréaliste, irrévérencieux, à l’humour noir très marqué), par leur univers plus adulte (sexualité, contexte souvent urbain, grande dépression évoquée) et par les personnages récurrents qu’ils ont portés à l’écran (Popeye, Betty Boop, Koko le Clown).
USA / 0h07 / Imdb / DVD
Titre français : Blanche-Neige
POSTER suurtoll3

Suur Tõll • Rein Raamat • 1980 Rein Raamat / 1980

Le géant Töll mène une vie de laboureur sur l’île de Saaremaa avec sa femme Piret, parmi les humains bien plus petits que lui…
Rein Raamat (1931-) est producteur d’une vingtaine de documentaires, mais est surtout célèbre comme réalisateur de courts-métrages d’animation. Après avoir reçu une formation de peintre, il entre aux studios TallinFilm, où il fait ses débuts en tant qu’animateur de film de marionettes (première forme du cinéma d’animation estonien). Il y deviendra finalement le pionnier du dessin animé estonien à proprement parler (via la fondation du département Joonisfilm), ce qui lui permet de ne plus être limité aux productions pour enfants. Il débute alors une filmographie très éclectique sur le plan graphique (la forme de chaque film semblant répondre à celle du précédant), et non dénuée de tensions implicites vis-à-vis du pouvoir soviétique (par la mise en avant d’éléments de la culture estonienne, par exemple).
Estonie (URSS) / 0h14 / Imdb / DVD
Titre français (traduction littérale) : Töll le Grand