Bienvenue sur Cinexploria !

Cinexploria est une sélection d'extraits de films, qui vous permet de découvrir l'histoire et la géographie du cinéma. C'est votre première visite ? Alors quelques précisions :

- Pour voir les extraits en plein écran, cliquez sur l'icône fullscreen-icon en bas à droite des fenêtres vidéo (pour les smartphones et tablettes, faites apparaître cette barre de contrôles en touchant le bas des vidéos).

- Vous avez aimé un film ? Cliquez sur son titre ! Vous accèderez à sa page, où vous trouverez une présentation du cinéaste, des catégories pour découvrir d'autres films semblables, et la possibilité de laisser des commentaires.

- Attention, utilisateurs de smartphone : ce site est peu adapté aux connexions 3G ! Pour garantir une bonne qualité d'image, les vidéos sont compressées à haut débit. Sur un téléphone, elles peuvent donc être longues à charger...

- Ce site fonctionne mal sur Internet explorer : préférez l'utilisation d'un autre navigateur.

Si vous avez une question quelconque (éditoriale, technique, légale), passez d'abord voir si elle n'est pas déjà présente dans la Foire aux questions.

Bonne visite !

X Fermer

POSTER-frotteur1

Le Frotteur • Alice Guy • 1907 Alice Guy / 1907

Un cireur de parquet se met au tavail… (film entier)
Alice Guy (1873-1968), qui suivait de près les évolutions de la photographie, proposa à Léon Gaumont, dont elle est la secrétaire, de réaliser de courts films pour accompagner la vente de leurs appareils cinématographiques. Devant le succès de son premier essai, Gaumont en fait la directrice de son département fiction, poste qu’elle occupera jusqu’en 1907, exerçant un contrôle particulièrement actif sur tous les fronts de la fabrication des films (casting, lumières, costumes…), lançant la carrière de Feuillade, et encourageant de nombreuses innovations techniques (les phonoscènes, notamment). Son cinéma pionnier, s’il a exploré tous les genres, se démarque dans ses meilleurs films comiques par une fantaisie énergique, matinée d’absurde et colorée de pulsions. Elle suit ensuite son mari aux USA, où elle monte son propre studio, et connaît plusieurs succès, abordant des thèmes parfois difficiles (féminisme revendiqué, traite des blanches). La difficulté à tenir face au Hollywood naissant, et la fragilité morale et financière résultant de la rupture avec son mari, auront cependant raison de sa carrière à la fin des années 10.
La Société Gaumont, fondée en 1895, fut l’autre grand géant du cinéma premier aux côtés de Pathé – concurrent dont elle se démarque par une évolution plus lente, une production plus concentrée, mais aussi par un souci plus appuyé de qualité esthétique et de bienséance. Créant aux Buttes Chaumont le plus grand studio du monde (1905), et ouvrant une immense salle de cinéma à Paris (1910), Gaumont restera célèbre pour ses expérimentations techniques (sonores, chromatiques, animation), mais aussi pour la qualité de ses cinéastes : Alice Guy, Jean Durand, Léonce Perret, Victorin Jasset, et surtout Louis Feuillade. La guerre porte un coup d’arrêt à son expansion, et la production de films cessera temporairement en 1925, avec la mort de Feuillade ; mais la société perdurera à travers le siècle.
France / 0h03 / Imdb / DVD
POSTER - Gosta1

La Légende de Gösta Berling • Mauritz Stiller • 1924 Mauritz Stiller / 1924

Vers 1820 dans le Värmland, le pasteur Gösta Berling est chassé de son presbytère pour ivrognerie. Devenu le précepteur d’une riche et pieuse héritière, il va faire de multiples rencontres…  [article]
Mauritz Stiller (1883-1928) fut, avec Victor Sjöström, le grand cinéaste de l’âge d’or muet suédois. Comme son collègue, il manie un certain réalisme (tournage en extérieurs), adopte le patrimoine littéraire national (Selma Lagerlöf), et se confronte à la grandeur d’une nature rude. Mais à l’inverse du lyrisme qui marqua le cinéma de Sjöström, l’approche de Stiller se caractérise, même face aux récits les plus comiques ou romanesques, par une sécheresse économe, un style droit et presque ascète, rigoureux et patient. La Légende de Gösta Berling, apogée artistique de la carrière de Stiller, est aussi l’occasion pour le cinéaste de révéler Greta Garbo, actrice dont il va façonner l’ascension, et avec laquelle il sera invité à Hollywood. Mais la MGM s’approprie immédiatement Garbo, la faisant tourner avec d’autres cinéastes, et rabat Stiller sur des projets mineurs. Déçu, usé, et d’une santé fragile, Stiller rentre en Suède, où il meurt précocement en 1928.
La “Svenska Biografteatern” (rebaptisée “Svensk Filmindustri” lors d’une fusion en 1919) fut la compagnie majeure du muet suédois. Son chef de production, Charles Magnusson, y embauche en 1912 trois figures décisives du muet national (Victor Sjöström, Mauritz Stiller et Georg af Klercker) : ceux-ci, se formant ensemble, inventeront les codes faisant la renommée de “l’école suédoise” (relation de l’homme à la nature, tournage en extérieurs, goût pour la psychologie, grande qualité plastique). Le studio fut aussi célèbre pour ses collaborations étrangères (y tourneront ainsi nombre de grands noms européens : Dreyer, Christensen, Veidt…), et produira après-guerre les films de Bergman.
Suède / 3h03 / Imdb / DVD
Titre original : Gösta Berlings saga
POSTER-Sirk1

La Fille des marais • Douglas Sirk • 1935 Douglas Sirk / 1935

En se rendant à la foire aux servantes du village, Karsten Dittmar assiste à une scène singulière : au tribunal a lieu le procès d’Helga Christmann, de la ferme du marais, qui supplie son ancien employeur de reconnaître l’enfant qu’elle porte. Karsten l’engage alors dans sa propre ferme…
Douglas Sirk (1897-1987), qui signa ses films allemands de son vrai nom (Detlef Sierck), débute sa carrière comme metteur en scène de théâtre. Embauché à la UFA en 1934, il rencontre ses premiers succès de réalisateur, mais fuit l’Allemagne nazie en 1937. C’est donc à Hollywood que se fera sa carrière, par une série de mélodrames à succès : des films au lyrisme intense, presque acide, oscillant entre idéalisme et satire féroce de la vie de banlieue américaine – mais surtout marqués par un usage baroque et excessif de la couleur, qui donnera son nom à la dernière période du genre (le “mélodrame flamboyant”).
Allemagne / 1h22 / Imdb / DVD
Titre original : Das Mädchen vom Moorhof
POSTER juliette2

Juliette des esprits • Federico Fellini • 1965 Federico Fellini / 1965

Giulietta, la quarantaine passée, mène une vie de femme au foyer conformiste. Elle est toujours amoureuse de son mari, mais celui-ci la délaisse… (ouverture du film)
Federico Fellini (1920-1993) fut d’abord, comme beaucoup de jeunes cinéastes italiens de sa génération, un réalisateur de films néoréalistes (Les Vitelloni, La Strada), d’où émergent cependant très vite les traits qui feront la particularité de son cinéma : narration éclatée, foisonnement baroque, goût du grotesque, fantasmagorie teintée de nostalgie, satire sociale carnavalesque, mélange indifférencié du rêve et de la réalité. Accompagné de son compositeur attitré, Nino Rota, il sera l’un des cinéastes les plus reconnus de la période moderne, et accompagnera, dans les années 80, un mouvement général de rejet de la télévision – face à laquelle le cinéma italien succombera, en même temps que sa carrière.
Italie / 2h17 / Imdb / DVD
Titre original : Giulietta degli spiriti
POSTER courlis1

L’Appel du courlis • Henry Barakat • 1959 Henry Barakat / 1959

Amna, quittant son village natal avec sa mère et sa sœur, découvre les cruautés de l’âge adulte et de la ville. Bientôt confrontée à un évènement terrible, elle va y fomenter sa vengeance… (ouverture du film)
Henry Barakat (1914-1997) est un cinéaste souvent associé à la veine plus sociale et réaliste de l’âge d’or du cinéma égyptien – tendance dont il fut effectivement l’un des représentants, et à laquelle on peut rattacher ses œuvres les plus célèbres (L’Appel du courlis, Le Péché). Mais sa filmographie, très populaire, est d’abord caractérisée par un grand éclectisme (mélodrames, films historiques, comédies romantiques et musicales…), ainsi que par une humilité de cinéaste artisan (Barakat réalisa plus de 80 longs-métrages, les projets ambitieux alternant avec des productions sans prétention). Sa filmographie est traversée par la question de la condition féminine (accompagnant la libération des mœurs du pays), ainsi que par une attention à la diversité (sociale, ethnique ou géographique) du peuple égyptien.
Égypte / 1h49 / Imdb / DVD
Autre titre français : La Prière du rossignol
Titre original : Douaa al-kawrawan
POSTER Chevalier2c

Le Chevalier de Maison-Rouge • Albert Capellani • 1914 Albert Capellani / 1914

À Paris, en 1793, pendant la Terreur, le Chevalier de Maison-Rouge fomente un complot pour faire évader la reine Marie-Antoinette.  [article]
Albert Capellani (1874-1931) fut, en France, l’un de ceux qui façonnèrent la transition d’un cinéma forain à un cinéma bourgeois, et qui poussèrent à l’allongement de la durée des films. Deux raisons à cela. L’adaptation littéraire, tout d’abord : il en tourna beaucoup (Les Misérables, Germinal, L’Arlésienne…), et fut le directeur artistique de la SCAGL (Société Cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres), qui poursuivait la mouvance du “film d’Art” au sein de Pathé. Le théâtre, ensuite : il en reprend de nombreux traits et comédiens. En résulte un cinéma plein de maintien, aux tableaux fermement composés, dont le naturalisme appuyé cohabite en une étrange harmonie avec l’artificialité du théâtre. Après dix années prolifiques chez Pathé, Capellani ira travailler aux USA ; lorsqu’il rentre en France, en 1922, ses problèmes de santé ne lui permettent plus de tourner.
Pathé, avec Gaumont, fut l’une des plus imposantes sociétés des débuts du cinéma (en 1904, elle contrôle 30 à 50 % des films projetés dans le monde occidental). Ayant le quasi-monopole auprès du public de foires, elle produit énormément (parfois au détriment de la qualité), et participe très tôt, de par la diversité de son catalogue, à accentuer la découpe des films en “genres” ; elle pratique également une politique d’expansion par ses filiales à l’étranger ; et elle édite enfin les productions du “Film d’art”, qui ouvrent le cinéma à un public plus bourgeois. Certains grands noms des deux premières décennies du cinéma travailleront chez Pathé : Albert Capellani, Ferdinand Zecca, Segundo de Chomón, ou encore Max Linder. La firme sera également célèbre plus tard pour ses actualités cinématographiques (le Pathé Journal, lancé dès 1908, deviendra très populaire dans l’entre-deux-guerre).
France / 1h49 / Imdb / DVD