Bienvenue sur Cinexploria !

Cinexploria est une bibliothèque d'extraits de films, qui vous permet de découvrir l'histoire et la géographie du cinéma. C'est votre première visite ? Alors quelques précisions :

- Pour voir les extraits en plein écran, cliquez sur l'icône fullscreen-icon en bas à droite des fenêtres vidéo (pour les smartphones et tablettes, faites apparaître cette barre de contrôles en touchant le bas des vidéos).

- Vous avez aimé un film ? Cliquez sur son titre ! Vous accèderez à sa page, où vous trouverez une présentation du cinéaste, des catégories pour découvrir d'autres films semblables, et la possibilité de laisser des commentaires.

- Attention, utilisateurs de smartphone : ce site est peu adapté aux connexions 3G ! Pour garantir une bonne qualité d'image, les vidéos sont compressées à haut débit. Sur un téléphone, elles peuvent donc être longues à charger...

- Ce site fonctionne mal sur Internet explorer : préférez l'utilisation d'un autre navigateur, où faites la mise à jour vers Microsoft Edge.

Si vous avez une question quelconque (éditoriale, technique, légale), passez d'abord voir si elle n'est pas déjà présente dans la Foire aux questions.

Bonne visite !

X Fermer

POSTER-pagefolle3

Une page folle • Teinosuke Kinugasa • 1926 Teinosuke Kinugasa / 1926

Un vieux marin s’est fait engager dans un hôpital psychiatrique afin de faire évader sa femme, internée pour avoir noyé leur enfant…
Teinosuke Kinugasa (1896-1982), comédien de théâtre Kabuki puis au cinéma, devient dans les années 20 réalisateur de mélodrames et de jidai-geki. Via sa petite société de production, et dans le cadre du groupe d’artistes “Shinkankaku-ha” (“néo-sensationnaliste”), il tente avec Une page folle (1926), et dans une moindre mesure avec Carrefour (1928), de synthétiser les apports des différents mouvements et courants d’avant-gardes européens. L’échec public de ces films le ramène vers une production plus traditionnelle, et c’est des années plus tard, après un voyage à Hollywood lui permettant d’étudier les nouveaux procédés de couleur et de formats, que Kinugasa reçoit une reconnaissance internationale avec La Porte de l’enfer (1953), grand prix à Cannes, qui l’associe définitivement à l’image d’un cinéaste esthète.
Japon / 1h18 / Imdb / DVD
Titre original : Kurutta Ippēji
POSTER-ballonblanc2

Le Ballon blanc • Jafar Panahi • 1995 Jafar Panahi / 1995

C’est le jour de l’an en Iran : tous les foyers se procurent un poisson, car d’après la coutume, la possession de cet animal assure bonheur et prospérité pendant une année…
Jafar Panahi (1960-) commence sa carrière à la télévision, et sera d’abord l’assistant d’Abbas Kiarostami, qui aura une influence considérable sur ses premiers films (il écrira d’ailleurs le scénario de deux d’entre eux). Contrairement à lui, cependant, Panahi s’attaque très frontalement à la société iranienne (notamment à la condition des femmes), et aura de ce fait des soucis beaucoup plus concrets avec la censure. Malgré leur grand succès en festival, et leurs nombreux prix remportés, la plupart de ses films se voient ainsi interdits en Iran, jusqu’à ce que Panahi se voie condamné, en 2010, à ne plus pouvoir tourner pour vingt ans : la suite de sa carrière se fait donc dans la clandestinité, son cinéma se réinventant formellement pour tourner en cachette, et intégrer cette censure à la narration même des films.
Iran / 1h25 / Imdb / DVD
Titre original : Badkonake sefid
POSTER-memories2c

Memories of Murder • Bong Joon-ho • 2003 Bong Joon-ho / 2003

En 1986, deux inspecteurs de police aux méthodes radicalement opposées, l’un de la campagne et l’autre de la ville, doivent mettre leurs forces en commun pour piéger un violeur et tueur en série, qui terrorise la province de Gyunggi…
Bong Joon-ho (1969-) est l’un des grands noms du renouveau coréen des années 2000. Son second film, Memories of Murder, est vu par des millions de spectateurs en Corée du Sud, et rencontre un succès critique international ; certains des traits stylistiques et narratifs de ce film (comme les brusques changements ou mélanges de tons) serviront de matrice à l’âge d’or du polar sud-coréen. De ce coup d’éclat, il déroule une filmographie atypique, qui utilise souvent le cinéma de genre (polar, film de monstre, science-fiction, comédie…) pour interroger les rouages sociaux et les rapports de classe, souvent traduits chez lui en termes spatiaux. Après un détour par l’Amérique, il rentre en Corée du Sud réaliser Parasite (2019), nouveau grand succès critique qui lui vaudra une palme d’or.
Corée du Sud / 2h11 / Imdb / DVD
Titre original : Salinui chueok