Bienvenue sur Cinexploria !

Cinexploria est une bibliothèque d'extraits de films, qui vous permet de découvrir l'histoire et la géographie du cinéma. C'est votre première visite ? Alors quelques précisions :

- Pour voir les extraits en plein écran, cliquez sur l'icône fullscreen-icon en bas à droite des fenêtres vidéo (pour les smartphones et tablettes, faites apparaître cette barre de contrôles en touchant le bas des vidéos).

- Vous avez aimé un film ? Cliquez sur son titre ! Vous accèderez à sa page, où vous trouverez une présentation du cinéaste, des catégories pour découvrir d'autres films semblables, et la possibilité de laisser des commentaires.

- Attention, utilisateurs de smartphone : ce site est peu adapté aux connexions 3G ! Pour garantir une bonne qualité d'image, les vidéos sont compressées à haut débit. Sur un téléphone, elles peuvent donc être longues à charger...

- Ce site fonctionne mal sur Internet explorer : préférez l'utilisation d'un autre navigateur, où faites la mise à jour vers Microsoft Edge.

Si vous avez une question quelconque (éditoriale, technique, légale), passez d'abord voir si elle n'est pas déjà présente dans la Foire aux questions.

Bonne visite !

X Fermer

Hélas pour moi • Jean-Luc Godard • 1993 Jean-Luc Godard / 1993

Désireux d’épreuver les émotions humaines, Dieu a pris l’apparence d’un homme, Simon, pour coucher avec sa femme. Quelques temps plus tard, un éditeur, Abraham Klimt, se rend sur les lieux pour tenter de reconstituer l’histoire… (ouverture du film)
Jean-Luc Godard (1930-) fut une figure centrale de la nouvelle vague française, son premier film (À bout de souffle, 1960) ayant eu une influence considérable à travers le monde. Son cinéma mutera plusieurs fois ensuite : films de collectif (69-73), films utilisant la vidéo (73-79), retour au cinéma et aux stars (80-96), montage d’archives (88-2000)… Quelque soit la période, son cinéma se caractérise par une prépondérance du montage et un goût pour la rupture, ainsi que par un emploi poétique des références, aphorismes et citations.
France-Suisse / 1h35 / Imdb / DVD

Catalogue Lumière • 1895-1905 1895-1905

Entre 1895 et 1905, Louis Lumière et ses opérateurs tournent 1428 vues, qui constituent le catalogue Lumière. Voici trois d’entre elles : Lancement d’un navire (Louis Lumière, 1896) • Enfants annamites ramassant des sapèques devant la pagode des dames (Gabriel Veyre, 1899) • Puits de pétrole à Bakou (Alexandre Michon, 1897).
Louis Lumière (1864-1948) fut le réel inventeur du cinématographe (son frère Auguste lui ayant laissé la main sur ce projet). Son expérience de photographe lui permet d’imposer dès les premières vues une véritable esthétique, qui tient tant à la qualité des compositions (fréquente utilisation de la profondeur, notamment via les diagonales) qu’à la mise en valeur du réel (contrairement à Edison, Lumière tourne en extérieur). S’il ne réalise lui-même que quelques dizaines de films, il envoie ses opérateurs de par le monde avec des recommandations strictes de forme et de sujet, qui perpétueront son style.
Gabriel Veyre (1871-1936) fut l’un des opérateurs Lumière les plus prolifiques. Il sera envoyé en Amérique latine (Mexique, Cuba, Colombie, Venezuela, Panama), au Canada, puis en Asie (Japon, Chine, Indochine). Il quitte ensuite l’entreprise Lumière pour aller réaliser au Maroc un important travail photographique qu’il continuera jusqu’à la fin de ses jours, en utilisant notamment l’autochrome.
Alexandre Michon (1858-1921) est un photographe russe, uniquement connu pour ses quelques vues réalisées à Bakou, où il résidait.
France / Catalogue / DVD

Méditerranée • Jean-Daniel Pollet • 1963 Jean-Daniel Pollet / 1963

Un voyage autour de la Méditerranée, que le film interroge par un entrechoquement de mots et d’images.
Jean-Daniel Pollet (1936-2004), figure radicale de la modernité, reste relativement méconnu du grand public. Son œuvre bicéphale se partage entre fictions « traditionnelles » et essais documentaires, dont les voix-off poétiques font appel à divers auteurs (Philippe Sollers, Alexandre Astruc, Jean Thibaudeau). Même paralysé par un accident en 1989, il continuera à tourner depuis sa maison, approfondissant un cinéma plus que jamais occupé à scruter le monde et ses objets (Dieu sait quoi, 1994).
France / 0h44 / Imdb / DVD

L’Ange • Patrick Bokanowski • 1982 Patrick Bokanowski / 1982

Des silhouettes masquées gravissent un escalier, en faisant diverses rencontres à chaque palier… [article]
Patrick Bokanowski (1943-) est l’un des seuls cinéastes expérimentaux français dont la notoriété a dépassé les frontières de son milieu. Venu des arts plastiques et de la photographie, il compose des univers fortement marqués par l’œuvre de Kafka. Au gré de nombreux jeux d’optiques, de lumière et de déformations (de l’espace, de l’image, ou du temps), il refaçonne le réel en un continuum audio-visuel auquel la musique de Michèle Bokanowski, son épouse, prête d’étranges circonvolutions.
France / 1h10 / Imdb / DVD

Dévaliseurs nocturnes • Gaston Velle • 1904 Gaston Velle / 1904

Son travail fini, un homme rentre chez lui et, après avoir compté son argent, se met au lit… (film entier)
Gaston Velle (1872-1948) débute comme opérateur Lumière, où il s’occupe déjà des fictions. Prestidigitateur de formation, il se spécialisera dans les fééries et film à trucages, qu’il réalise en nombre chez Pathé (qui l’engage en 1903) et à la Cines (une firme italienne, dont il sera temporairement le directeur artistique), devenant l’un des plus sérieux concurent à Méliès.
Pathé, avec Gaumont, fut l’une des plus imposantes sociétés des débuts du cinéma (en 1904, elle contrôle 30 à 50 % des films projetés dans le monde occidental). Ayant le quasi-monopole auprès du public de foires, elle produit énormément (parfois au détriment de la qualité), et participe très tôt, de par la diversité de son catalogue, à accentuer la découpe des films en « genres » ; elle pratique également une politique d’expansion par ses filiales à l’étranger ; et elle édite enfin les productions du « Film d’art », qui ouvrent le cinéma à un public plus bourgeois. Certains grands noms des deux premières décennies du cinéma travailleront chez Pathé : Albert Capellani, Ferdinand Zecca, Segundo de Chomón, ou encore Max Linder. La firme sera également célèbre plus tard pour ses actualités cinématographiques (le Pathé Journal, lancé dès 1908, deviendra très populaire dans l’entre-deux-guerre).
France / 2h03 / Imdb

Le Tripot clandestin • Georges Méliès • 1905 Georges Méliès / 1905

Des gens de bonne société jouent dans un casino clandestin. Soudain, on annonce l’arrivée de la police…
Georges Méliès (1861-1938) fut l’un des pionniers du septième art. Prestidigitateur de profession, il invente un cinéma féérique fait de trucages, d’effets spéciaux et de décors luxuriants, qui sera pris pour modèle et copié par les principales sociétés de production tout au long des années 1900. Il ouvrit le premier studio français, produisait lui-même ses œuvres (via la Star Film), et fut l’un des principaux expérimentateurs de la colorisation. Mais peu commercial, et peinant à défendre ses intérêts à une période où les fééries tombent en désuétude, il arrête de tourner en 1913.
France / 0h03 / Imdb / DVD